Voici un article d'une amie danseuse et professeur de danse orientale, que j'ai trouvé intéressant de partager avec vous. Bonne lecture !
Le Butoh et la danse du ventre (et une pincée de Kabbale, pour qui sait la voir).
Ceux qui me connaissent, vous savez que j'appelle une danseuse du ventre "hérétique". Je suis en voyage, comme tant et tant, pour connaître moi-même à travers les outils que j'entends le plus connexes, la danse en premier lieu. Mais ma recherche me mène parfois dans des chemins très peu orthodoxes.
Hier, par exemple, j'ai participé à un très beau laboratoire de butoh tenu par Ezio Tangini. Pour tout ce qui concerne son travail extraordinaire, et le butoh en général, je vous renvoie à chercher d'autres sources : ici je veux juste vous informer, à chaud, mes réflexions personnelles sur la nature cachée entre deux langages coreutici apparemment inconciliables : le butoh et la danse Du ventre.
Pour dégager le terrain de malentendus, je commencerais tout de suite en disant que, avec la définition de la "Danse du ventre", Je ne parle pas à la tradition culturelle du moyen-Orient (pour laquelle j'ai le plus grand respect, mais qui ne relève pas des fins de ma personnel expérimentation), Et même pas à la bellydance comme est pratiquée et entente communément aujourd'hui en Occident, mais à son sens le plus littéral du terme, c'est-à-dire d'une danse "qui naît du ventre". Viscérale, ctonia, tellurique, profonde. Ce qui découle du ventre obscur, conçu comme réalité psychique sensé dans la chair, activé dans le sang, magnifié, dans l'esprit.
L'un des principes fondamentaux du butoh, il m'a semblé comprendre, c'est l'idée que le danseur peut littéralement créer la matière dans l'espace scénique. Dans ce résonne le concept pris par la physique quantique, et transporté au domaine des neurosciences modernes, qui investit et riplasma entièrement notre perception du réel : Nous sommes co-créateurs de notre réalité. En tant qu'observateurs du champ, le influençons avec nos attentes. "Nous attendons" Qu'un électron se comporte d'une certaine manière, et en le faisant, nous nous ingérons la nature subatomique du phénomène que nous observons. Le phénomène lui-même, ce qui - de ce 99 % de matière noire dont est composé l'univers - parvient à manifestation ici et maintenant, c'est à la fois réel et irréel : L'erreur serait plutôt celui d'échanger la feuille pour l'arbre Tout en partageant la même essence. L'électron est à la fois une longueur d'onde que particule ; il est en même temps, la chaîne et son effondrement quantico. Une rose, c'est une rose, c'est une rose.
Tout cela me semble, dans son essence, profondément zen, en mode au moins où je le vois.
L'idée de déshabiller le phénomène par ses illusions, principalement l'illusion de l'espace et de temps, il est zen. "Mu", Le vide, c'est l'essence même de cette matière noire actuellement l'objet d'enquête scientifique de la part de la physique moderne. La physique moderne est zen. L'idée que la danse peut gagner la mort, nous aider dans l'absolu et nous rendre semblables à des est très occidentale, mais zen dans son essence.
Pour le moine zen, le physicien théorique et le danseur butoh, l'idée de créer, littéralement, l'espace et le temps avec l'action scénique n'est pas si extra-terrestre.
Si ensuite nous comprenons comment créer l'espace et le temps à partir du ventre, de l'utérus cosmique profondément niché entre nos entrailles, cette idée n'est pas extraterrestre même pas à la danseuse du ventre. Change la forme, mais même pas puis trop, si par chaque différent feuille on sait lire l'essence de l'arbre.
Par exemple :
L'esthétique butoh est profondément différente de celle de la danse du ventre, d'accord. Mais les deux partagent l'exigence de cultiver et de maintenir un centre, ou ki, très fort. Le mouvement - ce qui est à la fois - serpente, dans tous les deux, à partir de la racine : ce chakra muladhara où gît le serpent Kundalini, lové en triple spires mais prêt à sauter le long de notre colonne vertébrale, le pilier médian, l'arbre sacré que Soutient L'Univers, en haut vers le ciel, et les premiers tourbillons.
La première leçon de danse du ventre, ne s'enseigne peut-être aux élèves la bonne posture, qui consiste à rester "théorie", Solidement ancrées à la terre avec les pieds et les jambes, en légère retroversione du bassin (de sorte que le coccyx, notre queue reptile, points tout droit vers le sol) tandis que la colonne et la nuque se dressent avec un fil invisible jusqu'au ciel ?
Et on dit pas peut-être, entre les initiés aux sciences ésotériques, que l'adepte a "la tête au ciel, et les pieds en enfer"?
Les correspondances sont infinies. Je pourrais citer encore les voir, ou l'analyse bioénergétique, ou le Reiki, ou l'aikido, ou un tas d'autres choses. Rien ne change, si ce n'est la forme de la feuille. Seul celui qui sait voir l'arbre, demeure enfin dans le palais de la sagesse.